Dimanche – La douceur

La compil du dimanche, c'est la compil dans laquelle tu peux puiser de l'inspiration sur une thématique précise. Si tu cherches de la douceur, un sentiment de bienveillance, alors cette compil est pour toi !

 

☾ La Compil du dimanche – la douceur ☾

La compil du dimanche, c’est la compil dans laquelle tu peux puiser de l’inspiration sur une thématique précise. Si tu cherches de la douceur, un sentiment de bienveillance, alors cette compil est pour toi !
On a tous besoin de douceur, de moment de laché prise. Lire peut faire partie de ces moments si on tombe sur le livre adéquat.
J’ai donc tenté de sélectionner dans ma bibliothèque quelques livres qui font du bien. Tu trouveras les résumés plus bas

 

 

 

LES TITRES :

1. Une apparition – Sophie Fontanel : On commence avec celui-là qui m’avait beaucoup touchée. Sophie Fontanel écrit sur son rapport aux cheveux blancs. Elle nous raconte le processus d’acceptation. C’est un livre qui fait du bien à toutes les femmes (surtout) qui se trouvent moins belles avec les cheveux blancs. Tout se passe dans la tête finalement.

  • “Et enfin, à cinquante-trois ans, j’ai entrepris d’apparaître.”
    Et si tout ce qu’on racontait sur les cheveux blancs était faux ? Et si ces monceaux de teinture, sur des millions de chevelures, aux quatre coins de la planète, cachaient en fait une beauté supplémentaire que les femmes pourraient prendre avec le temps, beauté immense qui les sauverait de bien des angoisses, de bien de servitudes ?
    C’est en partant de cette intuition que Sophie Fontanel, un soir d’été, décide d’arrêter les colorations et de regarder pousser ses cheveux blancs. Comme elle est écrivain, elle en fait un livre, sorte de journal romancé de ce qu’elle n’hésite pas à appeler une ” naissance “.
    Les semaines, les mois passent : un panache lui vient sur la tête, à mille lieues des idées préconçues sur les ravages du temps. Elle réalise que l’âge embellit aussi les femmes et que les hommes n’ont pas pour les cheveux blancs l’aversion qu’on supposait. Elle découvre que notre société n’attendait qu’un signal, au fond, pour s’ouvrir à une splendeur inédite, d’une puissance extraordinaire.
    Ce roman est une fête. Celle de la liberté.

2. Beignets de tomates vertes – Flannie Flagg : Au sud de l’Amérique profonde, en Alabama, un café au bord d’une voie ferrée … Ninny, fringante octogénaire, se souvient et raconte à Evelyn, une femme au foyer à l’existence monotone, les incroyables histoires de la petite ville de Whistle Stop. Grâce à l’adorable vieille dame, Evelyn, qui vit très mal l’approche de la cinquantaine, va peu à peu s’affirmer et reprendre goût à la vie.

  • Au sud de l’Amérique profonde, en Alabama, un café au bord d’une voie ferrée … Ninny, fringante octogénaire, se souvient et raconte à Evelyn, une femme au foyer à l’existence monotone, les incroyables histoires de la petite ville de Whistle Stop. Grâce à l’adorable vieille dame, Evelyn, qui vit très mal l’approche de la cinquantaine, va peu à peu s’affirmer et reprendre goût à la vie.

3. Il était une lettre – Katrhyn Hughes : Trouver une lettre dans la poche d’un vieux costume. Et si ce geste si simple pouvait changer votre vie ?

  • Tina est malheureuse auprès d’un mari trop porté sur la boisson et souvent violent. Le week-end, pour ne pas être à ses côtés, elle se réfugie dans une boutique caritative où elle est vendeuse bénévole. C’est alors que sa vie bascule lorsqu’elle y découvre une lettre dans la poche d’un vieux costume. Cette lettre n’a jamais été ouverte, le timbre n’est pas cacheté et elle date de septembre 1939 : c’est une demande en mariage.
    Très émue que la destinataire n’ait jamais reçu cette demande, Tina va mener l’enquête et découvrir l’histoire bouleversante d’un amour impossible… Celui de Chrissie, jeune sage femme de 17 ans qui tombe éperdument amoureuse du jeune séducteur de son quartier, malgré les réticences de son père, un médecin très strict. La guerre finit par exploser et son grand amour est contraint de partir au front, la laissant enceinte, et seule face à ce secret honteux qui va faire exploser sa cellule familiale.
    Pendant que Tina poursuit ses recherches, elle découvre qu’elle aussi est enceinte, mais d’un homme qu’elle n’aime plus. Elle décide d’essayer de retrouver à tout prix Chrissie et son enfant, en espérant ainsi redonner du sens à sa vie.

4. La délicatesse du Homard : Découvrir la tendresse derrière la carapace. C’est tout l’enjeu de ce livre. On se protège souvent en laissant les autres en dehors. Pourtant les autres ont le pouvoir de nous sauver.

  • François, directeur d’un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d’une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d’un rocher. Plutôt que d’appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle déclare s’appeler Elsa mais refuse de répondre à tout autre question. Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l’autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent. Et même si le duo en s’apprivoisant s’apaise, leur carapace peine à se fendre…
    Qui est Elsa et quelle vie est-elle en train de fuir ?

5. La délicatesse (Tout court) – David Foenkinos : Juste parce que j’adore David Foenkinos, que ce livre est une vraie merveille et que j’en soulignerais bien tous les passages.
« Il y a des gens formidables qu’on rencontre au mauvais moment. Et il y a des gens qui sont formidables parce qu’on les rencontre au bon moment. »

  • Nathalie et François sont heureux, ils s’aiment et semblent avoir la vie devant eux…
    Mais, un jour, la belle mécanique s’enraye. François décède brutalement.
    Veuve éplorée, le cœur de Nathalie devient une forteresse où même les plus grands séducteurs vont se heurter.
    Sauf un : Markus, un collègue terne et maladroit, sans séduction apparente. Sur un malentendu, il obtient de la belle un baiser volé. Pour cet outsider de l’amour, c’est un signe du destin : il se lance à sa conquête… tout en délicatesse.
    “François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitions la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse..
    – Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie.
    Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité.”J’espère que vous passerez de bons moments avec ces titres <3 !A très vite ✨
27 March 2019
18 April 2020

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Recent