Tanger

Je rêvais, comme beaucoup, de Marrakech. Cette ville aux couleurs chaudes, aux Riads tous plus beaux les uns que les autres. Je rêvais de piscines et de palmiers.
L’heure venue de réserver, internet te dit que Marrakech en juillet, c’est pas une bonne idée sauf si t’as envie de mourir d’insolation et de rester coincé dans ta chambre avec l’air co (toujours penser à te renseigner).
Les destinations se bousculent (ou pas), tu n’as que 5 jours et pas l’envie de passer 15h dans un avion.
Donc Google, ton meilleur ami, t’indique que le Maroc en juillet, c’est malgré tout possible, mais qu’il faut que tu restes sur la côte.
On choisit donc un peu par hasard, Tanger.
La semaine avant, tu te trouves de l’autre côté du détroit de Gibraltar, à Séville. Cette ville européenne aux influences orientales. C’est maintenant donc au tour de sa voisine, de l’autre côté de la mer, Tanger, ville Marocaine aux influences européennes. Elle a d’ailleurs appartenu aux Espagnols jusqu’il n’y a pas si longtemps. 14 km séparent la pointe du Maroc et celle de l’Espagne. 14 km faits de rêves et d’illusions.

Tanger Jour 1. :

Réveil matinal (approximativement 3h, on peut presque parler d’absence de nuit), on arrive assez tôt sur les terres Tangériennes. Un premier taxi nous emmène à la Guesthouse Malabata, le Riad qui nous accueillera durant ces 5 nuits. (Toujours penser à négocier son taxi mais ceux faisant le trajet depuis l’aéroport pratiquent des tarifs fixes).

La chambre ne sera prête qu’une grosse heure plus tard, la fatigue se fait sentir mais l’odeur du thé à la menthe nous réveille. Les vacances commencent.

Et puisque les vacances commencent, il est temps d’aller manger. Le mot Tajine t’a quand même décidé à voyager jusqu’ici. Tanger, ce n’est pas très grand, du moins l’ancienne partie de la ville (La médina) qui est principalement visitée, le choix n’est donc pas très large. On passe à travers le grand Socco (Aka Souk) et le petit Socco.
L’amoureux choisit le Salon Bleu, qui comme son nom l’indique, est (attention, gros scoop) majoritairement bleu . Des bobines de soie en guise de décoration, deux terrasses au soleil. Avant de ravir tes papilles, tu te détends. Comme nous tient, une fameuse dalle, on commande trop. (Beaucoup trop). Les prix nous paraissent dérisoires et sont pourtant élevés pour Tanger. Ce petit restaurant, monté sur étage est un établissement tenu par des français. Ici, on sait comment parler aux touristes. Ce jour là, nait mon amour pour les briouates (l’équivalent des samossas).

Sors tes lunettes de soleil, le soleil est là. En revanche, la petite brise qui vient de la mer vient caresser tes épaules et rend ses rayons plutôt traitres.

Le reste de la journée, on déambule dans les ruelles au soleil. Pas de but, pas de contrat à remplir, une idée simple des vacances.
On découvre la ville blanche, on prépare notre journée du lendemain. (Attention pour ceux qui cherchent des vacances régime, vous pouvez cliquer sur la petite croix en haut dès maintenant.)

On termine la journée au café Cappuccino, LE restaurant réputé de Tanger. Lieu bling bling à la carte interminable où le monde se bouscule. Un smoothie et une crêpe salée plus tard. Le sommeil nous guette.

Jour 2. :

Après une bonne nuit, d’attaque pour cette deuxième journée. Notre maigre liste d’endroits à visiter nous amène d’abord au Nabab pour y déjeuner.
Une chose nous frappe : il n’y a PERSONNE dans cette ville, on a l’impression d’être en vacances à 2 et d’avoir réservé toute la ville. Couscous et Pastilla. Prix similaires au salon bleu. C’est une adresse clairement renseignée pour les touristes (on y trouve d’ailleurs du vin, ce qui n’est pas très couleur locale).

L’après midi se résume à se faire arnaquer (mais gentiment), à visiter la ville pour quelques dirhams, se retrouver dans une pharmacie à acheter de nombreuses choses dont on ne se servira JAMAIS, lire, boire et reboire du thé à la menthe (mais avec vue sur mer, s’il vous plait !) sur la terrasse du célèbre Café Hafa, et mettre des heures à trouver le restaurant choisi pour le soir (gros fail à venir), le Ô saveur, un restaurant Lounge loin de nos envies orientales. (A me relire je me dis qu’on est vraiment partis en vacances pour dormir et manger).

Tanger, c’est aussi la ville des chats. Je ne te conseille d’ailleurs pas de tenter de leur donner un morceau de poisson. Ils sont affamés et tu auras alors l’impression qu’après le poisson, ce sera ton tour.

 

Jour 3 : Chefchaouen (Article à suivre)

Jour 4 : Asilah (Article à suivre)

Jour 5 : Tanger, fin : 

On profite de notre dernière journée pour cocher les derniers endroits de notre liste de départ. On découvre donc le Concept Store “Las Chicas” et sa splendide terrasse. Vous y trouverez de jolies choses confectionnées par des créateurs locaux et de quoi vous restaurer (menu de la semaine aux influences asiatiques).
On optera pour “La terrasse” pour la Tajine et le livre de l’après midi.

Après un bref passage au Souk de la babouche, où vous trouverez comme son nom l’indique, toutes les babouches de Tanger réunies. Des brillantes, des jaunes, des rouges, des brunes… Bref vous aurez l’embarras du choix, départ vers la mer.

En longeant la côte deux jours plus tôt, mon envie de la découvrir (elle paraissait sauvage, mea culpa), nous fait changer de cap vers Oued Alian. Là où en deux minutes tu peux te faire mousser en disant à tous tes copains que c’est le paradis :

Alors qu’en vrai, ça ressemble plutôt à un nid de fourmis duquel sortent des centaines de personnes entassées sur quelques mètres carrés. (Ça vend du rêve non ?)

Après ce fail, il nous fallait bien terminer le séjour en beauté. Rendez-vous donc sur la terrasse du Dar Nour, pour profiter du coucher de soleil sur la ville. Mon coup de coeur du séjour va clairement au Dar Nour. Ce Riad où vous pouvez également dormir, propose un menu surprise (produits frais et locaux) concocté par le chef tous les jours, autant vous dire qu’il n’en fallait pas beaucoup plus pour nous séduire.
Le Dar Nour, est tenu par les mêmes proprio que le Salon Bleu. On y retrouve confort et plaisir. Un combo gagnant pour profiter de notre dernière soirée.

Le soleil se couchera sur nos aventures Tangériennes, les mosquées s’uniront pour la prière et du haut de notre tour nous les écouterons.
D’une ville choisie au hasard, naissent quelques jours hors du temps. De quoi recharger les batteries, prendre 5 kg mais surtout rentrer avec le sourire (et des babouches).

Rendez-vous en d’autres terres (in)connues.

Bisous

25 April 2018
27 March 2019

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT